YANNICK OWEN

Yannick Owen vivait en explorateur, solitaire, si bien qu’il se scinda en deux.

 

Depuis les hauteurs des branches souples de la folk, jaillissent deux personnages complémentaires. Deux voix aériennes se réinventent depuis les basses terres, massives et pulsatiles jusqu’aux textures azurées.

 

La première, masculine, intuitive, survole les cratères au dessus de l’astre des songes. Il écrit au nom des rencontres singulières. Il égrène un jeu de guitare souple,
hérissé, tiré du finger-picking.

 

La seconde, féminine, impulsive, sourit depuis l’aurore. Elle réveille les monstres intimes au son d’un tambour, diffracte les ondes d’un synthétiseur analogique sur les collines sauvages.

 

On pense à certains songwriters qui les ont bercés: Bon Iver, Syd Matters ou encore Ben Howard.

Crédits photographiques : Didier Palisser, Pierre Feugere, Barbara Fg